Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Le non-recours a la garantie jeunes

La garantie jeunes s’adresse aux jeunes âgés de 16 à 25 ans, ni en emploi, ni en formation, ni dans le système scolaire, en situation de vulnérabilité. Le dispositif permet aux individus de bénéficier d’une allocation d’un montant mensuel de 480,02 euros en 2018. Il comporte un volet centré sur un accompagnement individuel et collectif intensif des bénéficiaires. Le non-recours à la garantie jeunes reste encore peu étudié dans la mesure où il s’agit d’un dispositif récent. En 2018, le plan de financement du dispositif devrait permettre à 100 000 jeunes d’en bénéficier. Or, le nombre de jeunes potentiellement éligibles à la garantie jeunes oscille entre 120 000 et 190 000 personnes. Selon ces chiffres, le taux de non-accès ou de non-recours à la garantie jeunes se situerait entre 17 % et 47 %. Si le dispositif semble avoir rencontré sa cible, les bénéficiaires sont généralement connus de la mission locale (80 %) et quasiment exclusivement orienté par cette institution (94 %). Si la garantie jeunes a touché la cible fixée des jeunes « NEET » vulnérables, il semble toutefois que le dispositif concerne essentiellement des jeunes connus, accompagnés, et orientés par les missions locales d’insertion professionnelle et sociale des jeunes (ou missions locales). Autrement dit, très peu de jeunes en situation de non-recours aux institutions d’insertion seraient susceptibles d’accéder à la garantie jeunes sans un accompagnement social préalable. Comme indiqué plus haut, le comité scientifique en charge de l’évaluation de la garantie jeunes a alerté ainsi les pouvoirs publics sur les risques d’un non-recours par non-proposition et par auto-sélection (Comité scientifique garantie jeunes, 2016). Par ailleurs, une partie des bénéficiaires du dispositif se démobilise en cours d’accompagnement. Il arrive que confrontés à des conditions de vie difficilement compatibles avec les exigences du dispositif, les jeunes plus vulnérables renoncent au bénéfice de la garantie jeunes en cours de parcours. Une étude quantitative semble indiquer que les jeunes en situation de décrochage scolaire mettent un certain temps avant d’avoir recours aux institutions d’insertion. Avant la mise en œuvre de la garantie jeunes et du plan de lutte contre le décrochage scolaire, ce délai entre la sortie du système scolaire et l’entrée en mission locale était estimé à 28 mois en moyenne pour les jeunes non-diplômés de l’ancienne région Rhône-Alpes. Or, 46 % des personnes qui étaient en situation de non-recours déclarent n’avoir reçu aucune proposition d’aide, sachant que la grande majorité des jeunes auraient souhaité en recevoir une. Par ailleurs, 62 % des propositions d’aide reçues par les jeunes sont provenues de leur réseau personnel.

Les commentaires sont fermés.